Qualité environnementale


Choix des matériaux
Dans le souci de préserver les ressources naturelles non-renouvelables les éco-aménageurs adhérents du SNAL rechercheront, dans les projets d’aménagement, à favoriser l’emploi de matériaux recyclés, recyclables ou renouvelables. Ils tendront à privilégier les matériaux locaux, pour réduire les transports. Ils inciteront à leur utilisation dans l’aménagement des espaces communs.
 
Gestion des déchets
La récupération des déchets ménagers s’inscrit dans des filières de traitement à l’échelle communale et intercommunale. Les éco-aménageurs adhérents du SNAL organiseront le système de collecte du quartier projeté en fonction de l’organisation locale. Par exemple, la possibilité de valoriser certains déchets pour produire de l’énergie dépend des initiatives déjà prises par la municipalité. Cependant, ils chercheront à favoriser la réduction à la source de la production de déchets par tout dispositif à même de favoriser le tri sélectif et le compostage sur place. En tout état de cause, les éco-aménageurs du SNAL étudieront la possibilité, lors des travaux d’aménagement du quartier, de traiter les déchets de chantier, de façon à recycler ce qui peut l’être.
 
Gestion maitrisée de l'énergie
Les économies d’énergie contribuent à préserver les ressources non-renouvelables de la planète. De ce point de vue, l’incitation à utiliser des énergies renouvelables et alternatives pour la production de chaleur et d’électricité concourt à la préservation de ces ressources en pétrole, en gaz et en charbon – dont la consommation par ailleurs est source de gaz à effet de serre.
Lire la suite... [Gestion maitrisée de l'énergie]
 
Prise en compte des caractéristiques du sol
Outre l’adaptation des projets à la configuration physique du relief, les éco-aménageurs adhérents du SNAL prendront en compte la nature du sol des terrains considérés. Le projet sera conçu en adéquation avec les caractéristiques du site mises en évidence par l’étude géotechnique. Cette étude permettra d’affiner notamment l’inscription physique des parcelles et des futures constructions dans la topographie (voir aussi Climat et Géographie) Par exemple, le programme sera cohérent avec la résistance des sols et leur stabilité. De même, la capacité d’infiltration des eaux pluviales dans le sol pourra, après études de perméabilité, constituer une dimension du projet de gestion des eaux pluviales.
 
Prendre en compte le climat et la géographie
L’une des plus anciennes règles de maîtrise des échanges thermiques entre l’intérieur et l’extérieur des bâtiments consiste à jouer sur l’orientation des bâtiments et leur disposition sur le terrain en tenant compte du climat local (ensoleillement, vents dominants…). Il en va de même pour les espaces collectifs : voiries, voies piétonnes, plantations.
Lire la suite... [Prendre en compte le climat et la géographie]
 
<< Début < Précédent 1 3 > Fin >>

Page 1 sur 3